Combattre les stéréotypes liés à l'âge

Combattre les stéréotypes liés à l'âge

L’équipe des Infatigables a eu l’idée de taper “activités pour seniors” dans la barre de recherche Google, et voici ce que nous avons trouvé : des photos de seniors plutôt déprimés ainsi que des articles sur la maladie d’Alzheimer et la démence.




Le but de cet article n’est bien-sûr pas de dénigrer l’existence et la gravité de ces pathologies, bien au contraire. D’après la fondation Vaincre Alzheimer et selon l’étude PAQUID la maladie d’Alzheimer touche environ 17,8% des individus âgés de plus de 75 ans. Mais qu’en est-il des 82,2% restants ? En effet, la population senior est victime de catégorisation arbitraire de la part de la société moderne, qui peine à visualiser celle-ci comme majoritairement autonome.

Or, si l’on y réfléchit, il serait possible de faire de même pour la population active. En effet, le cancer du sein touche près d’une femme sur douze et représente la première cause de mortalité par cancer chez les femmes, d’après les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé. Pourtant, lorsque l’on recherche « activités pour femmes » sur Google, à aucun moment nous ne sommes tombés sur la mention du cancer du sein. Car dans le cas des femmes actives, le cancer du sein est considéré comme une pathologie courante, mais à l’inverse de la population senior, celles-ci ne sont pas réduites à cette maladie.

Dans l’imaginaire collectif, la notion de vieillissement est directement reliée à l’idée d’un système immunitaire sur le déclin et d’une vulnérabilité grandissante, que ce soit au niveau psychique ou physique. Mais comment cette vision est-elle devenue la norme ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre aujourd’hui.

Si l’on compare la population des jeunes actifs et celle des seniors, la seule différence notoire, l’âge mis à part, est le statut professionnel.

L’administration française considère que l’on devient senior entre l’âge de 60 et 65 ans, ce qui correspond à l’âge du départ en retraite. Dans une société gouvernée par une pensée capitaliste établissant une grille d’évaluation proportionnelle au travail réalisé par sa population, il n’est donc pas surprenant que les catégories de population ne travaillant pas ou plus, comme les enfants et les retraités, ne soient pas vraiment considérées dans l’équation.

Chez Les Infatigables, notre objectif premier est justement d’inverser la tendance, et de contribuer à la réinsertion de nos aînés dans notre société. Nous partons du constat que la majorité de la population senior se plie aux préjugés qui lui sont associés par manque d’alternatives proposées. C’est en leur montrant que la prise d’âge n’est pas obligatoirement synonyme d’incapacité grandissante que nous pourrons progressivement remplacer cette vision stéréotypée de la “vieillesse” dans notre société. En effet, la pratique d’activités est reconnue comme ayant des effets bénéfiques sur les capacités physiques et ou mentales des individus, quel que soit leur âge. La possibilité de pratiquer des activités lors du passage à la retraite se révèle donc être un investissement à long terme sur notre qualité de vie passé l’âge de 60 ans. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer?

Rejoignez notre communauté

Fermer
les infatigables